« TOO MUCH MEDICINE » : QUAND TROP SOIGNER REND MALADE. Exploration des concepts

Print  




Sébastien VARETTO MD Travail de fin d'étude de Master de spécialisation en médecine générale
Université de Liège, Belgique Année académique : 2017-2018
Tuteur : Dr Jean FLECHET Promoteur : Pr Pierre FIRKET 

RESUME

Cet article a pour objet d’explorer ce que représente la surmédicalisation, comment est née et à évoluer la prévention quaternaire et comment réagir face au phénomène de surmédicalisation en tant que médecin, en tant que patient, en tant que citoyen.
La réflexion adopte la forme d’une revue narrative, soutenue par des articles scientifiques et des ouvrages issus principalement de la suggestion de trois informateurs clé actifs dans le domaine de la prévention quaternaire. Ceux-ci ont participé à la maturation de la réflexion via contacts répétés.
Nous verrons que la surmédicalisation évoque l’excès de médecine et ses conséquences et que la prévention quaternaire est un mouvement éthique qui y répond et qui vise à protéger les patients des dégâts inhérents aux interventions médicales. D’autres concepts associés seront également définis.
Le concept de surmédicalisation s’est progressivement développé au cours des années, Yvan Illich évoque sa réalité dès 1975 puis d’autres figures importantes apporteront successivement leurs contributions pour en faire ce qu’il est aujourd’hui. Il en va de même pour la prévention quaternaire, concept dont Marc Jamoulle et Michel Roland sont les auteurs de la définition. La réalité de la surmédicalisation recouvre aujourd’hui de nombreux aspects, notamment celui d’un système de santé coûteux qui ne cesse de réclamer toujours plus d’investissement et dont l’offre semble soutenir la demande, ainsi que celui de renforcer les inégalités sociales.
Les mécanismes sous-jacents à la surmédicalisation sont variés et comportent des dimensions économiques, sociales, scientifiques, éthiques, de santé publique et politiques.
Les efforts à fournir pour tenter d’infléchir cette surmédicalisation concernent les mêmes domaines, sont l’apanage d’actions individuelles et collectives et concernent tant les médecins que les patients.



Created 13/11/2018 - Last modified 13/11/2018